Loading…
MOZART BEETHOVEN - LE DIALOGUE IMAGINAIRE
La compagnie des 100 têtes
Equipe
  • Avec : Ronan Ducolomb Grégoire Aubert Benjamin Civil
  • Mise en scène : Maryan Liver
  • Décor : Gérard Trouvé
  • Création lumière : Benjamin Civil
  • Design sonore : Benjamin Civil
Alain AUBERT
Equipe
  • Avec : Ronan Ducolomb Grégoire Aubert Benjamin Civil
  • Mise en scène : Maryan Liver
  • Décor : Gérard Trouvé
  • Création lumière : Benjamin Civil
  • Design sonore : Benjamin Civil
Résumé
Durée : 1H20
La pièce s’articule autour d’une conversation entre Mozart et Beethoven ayant pour point de départ leur rencontre avortée de 1787. Scandale au Panthéon des artistes ! Il s’agit du rendez-vous imaginaire et explosif entre Mozart et Beethoven, deux monstres sacrés opposés de caractère, mais unis d’une passion commune, la musique… Librement inspiré de témoignages authentiques, le texte est émaillé de propos tenus, soit par les musiciens eux-mêmes (courriers), soit rapportés par des observateurs de l’époque. Il révèle bien des secrets et apporte un éclairage nouveau sur la vie de ces génies, tout en questionnant la place de l’art dans la société. Remarquablement interprété et dans une mise en scène d’une délicate subtilité, ce texte puissant est à la fois profond et populaire. Un spectacle original et surprenant, d’une rare intensité : une pépite !
Note d'intention
POURQUOI l’idée d’une pièce sur Mozart ? Enthousiasmé en 1984 par le film Amadeus, j’ai pourtant été amené à moduler mon jugement à l’occasion d’un voyage à Vienne en 1991, année du bicentenaire de la mort de Mozart. Très immodestement, si la bonne idée se présentait, je décidais de donner une vision différente du caractère de Mozart. POURQUOI un dialogue avec Beethoven ? La rencontre avortée de 1787 entre Mozart et le jeune musicien était un bon point de départ. Mais la découverte d’un dialogue, à propos d’un nouvel échec de Fidelio, entre le Baron Braun, Directeur de l’Opéra de Vienne, et Beethoven, alors au faîte de la gloire, fut déterminante. - Beethoven: ‘’Je n’ai jamais composé pour la galerie’’ - Braun : ‘’Même le grand Mozart n’a pas dédaigné composer pour la galerie’’ ALAIN AUBERT AUTEUR Ressusciter deux hommes aux caractères fascinants aurait pût suffire. (Re)découvrir deux monstres sacrés, éternels, de la musique, cela aurait suffit. Pourtant cette rencontre imaginaire nous entraine plus loin, bien plus loin, en questionnant la place de l’art dans la société, sa nécessité, son évolution et son pouvoir évocateur. Culture ou divertissement, classicisme ou modernité, nous relançons de sempiternels débats, avec pour seuls vainqueurs le travail et le perfectionnisme de l’artiste, toujours, sans relâche. Loin des archétypes glacés. MARYAN LIVER METTEUSE EN SCENE
Tarif

Vous portez un intérêt à ce spectacle ? Que souhaitez-vous : le prix ?

Le dossier complet ? La revue de Presse ? La fiche technique. Un renseignement ?


DEMANDEZ LE TARIF
Extraits de presse
L'ECHO REPUBLICAIN - 2019-07-18 de OLIVIER BOHIN
""Mozart-Beethoven" : ce duo vedette en Avignon livre une partition étonnante et flamboyante ! Imaginez que les statues du Panthéon de la musique s'animent lorsque le public n'est plus là et qu'elles devisent sur leurs vies, leurs œuvres, leurs états d'âme. C'est le coup de génie de la pièce "Mozart- Beethoven, le dialogue imaginaire" au Théâtre du Grand Pavois, en Avignon. Une précision s'impose d'emblée : ce spectacle, mis en scène par Maryan Lover, n'a absolument rien d'une conférence pour initiés. C'est tout l'inverse, une vraie comédie (musicale ?) où ces deux monstres sacrés nous transportent dans leurs humeurs, tantôt pianissimo, tantôt fortissimo. Car ces deux-là, entre classicisme et romantisme, entre frivolité et envolées sociales, ont de la répartie, une gamme riche n'excluant ni l'émotion ni la fantaisie. Vérités historiques révélées... Rivalité ? Pas vraiment mais plutôt un respect réciproque, comme le montre avec élégance Roger Ducolomb en Mozart, fougueux et tourmenté, et Grégoire Aubert, le charismatique mais envieux Beethoven. Ces deux caractères nous livrent une partition musicale remarquable par ses envolées et sa véracité historique. S'il est imaginaire, ce dialogue s'appuie sur des documents relatant les propos et expériences vécues des compositeurs que l'on réécoutera d'une oreille plus avisée après ce "dialogue imaginaire" sans faute note. Une leçon de musique et une réflexion bluffante sur la création qu'il faut voir et savourer comme un concerto ! "
LA PROVENCE - 2019-07-22 de CYRIELLE GRANIER
"Mozart Beethoven, le dialogue imaginaire : un vrai coup de cœur ! Et si deux des plus grands musiciens de tous les temps, qui bien qu'ayant vécu à la même époque ne se sont jamais rencontrés de leur vivant, avaient enfin l'occasion de se dire les choses qu'ils ne se sont jamais dites ? Au Panthéon des artistes, où sont enterrés les plus grands, ce dialogue entre Mozart et Beethoven naît de l'imagination d'un mystérieux visiteur, introduit la nuit tombée en ces lieux. Rancœurs et admiration réciproque vont ainsi se côtoyer dans cet échange musclé, entre celui qui avait toujours rêver de rencontrer Mozart, et celui qui avait eu vent du génie de Beethoven. Dans cette pièce superbement interprétée, l'auteur Alain Aubert raconte les deux musiciens et ponctue le récit d'anecdotes historiques méconnues. Nul besoin alors d'être fin connaisseur du monde du classique pour se faire happer par ces deux destins liés par la musique. Réussite ultime "
https://www.instagram.com/cie100tetes

Vous portez un intérêt à ce spectacle ? Que souhaitez-vous : le prix ?

Le dossier complet ? La revue de Presse ? La fiche technique. Un renseignement ?


CONTACTEZ-NOUS !